Les responsables de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), du Fonds International de développement agricole (FIDA) et du Programme alimentaire mondial (PAM) se rendront au Niger du 15 au 18 août afin de souligner les efforts régionaux entrepris afin de gérer la situation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel.

Ils se rendront sur les sites de plusieurs projets où la collaboration entre la FAO, le FIDA, le PAM, le Gouvernement du Niger et d’autres partenaires a permis d’offrir de nouvelles opportunités aux populations pour nourrir leurs familles, gagner leurs vies et renforcer leurs moyens d’existence par le biais d’activités agricoles. Ces initiatives illustrent la nécessité de lier l’aide humanitaire à l’aide au développement en vue de renforcer la paix dans la région. Dans cette optique, la FAO, le FIDA et le PAM soutiennent l’initiative du gouvernement nigérien qui consiste à ce que “les nigériens nourrissent les nigériens” et qui vise à réduire la pauvreté et à renforcer la résilience en situation de crises alimentaires.

Au Niger, comme dans de nombreuses zones du Sahel, les chocs climatiques ont entraîné des sécheresses périodiques avec des impacts dévastateurs sur les populations vulnérables de la région, en particulier celles qui dépendent de la production animale pour leurs moyens d’existence et leur survie. Alors que la saison maigre sahélienne s’étend de juin à août, de récentes estimations révèlent que près de 6 millions de personnes seront confrontées à une situation de grave insécurité alimentaire pendant cette période. Parmi eux, presque la moitié – soit 2,7 millions de personnes – sont des éleveurs ou des agropasteurs. Près de 1,6 million d’enfants devraient par ailleurs souffrir de malnutrition aigüe sévère pendant cette période.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici