Dans son dernier point de conjoncture, le Haut Commissariat au Plan(HCP) informe qu’après avoir augmenté de 2,1% au début de l’année, les prix à la consommation auraient progressé de 2,6%, au deuxième trimestre 2018, se situant à leur niveau le plus haut depuis l’année 2008. Cette évolution serait résulté, particulièrement, de la hausse de 3,4% des prix des produits alimentaires, suite notamment au renchérissement de ceux des produits frais. Les prix des produits non-alimentaires auraient, pour leur part, crû de 1,9%, en variation annuelle, portés par le renchérissement des prix des produits énergétiques et l’augmentation modérée des prix des produits alimentaires hors frais et des produits manufacturés. Hors énergie et produits à prix administrés ou volatils, l’inflation sous-jacente se serait établie en dessous de 1%, au deuxième trimestre 2018, dans le sillage de l’évolution modérée des prix de la plupart de ses composantes.

Au deuxième trimestre 2018, la consommation finale des ménages aurait ralenti par rapport à la même période de l’année précédente. Dans un contexte d’accélération des prix à la consommation, notamment alimentaires, elle se serait accrue de 2,9%, en volume, contribuant pour environ +1,7 point à la croissance globale du PIB, au lieu de +2,7points un an plus tôt. Les dépenses de consommation auraient continué de profiter aux produits importés ; les importations de biens finis de consommation auraient progressé d’environ 6,3%, en glissement annuel. Elles auraient été soutenues, entre autres, par un accroissement de 6% des recettes des MRE et une progression de 5,6% des crédits à la consommation. Pour sa part, la consommation des administrations publiques se serait affermie de 2,6%, sous l’effet d’une hausse des dépenses de fonctionnement.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici