Le défenseur des forêts burundais Leonidas Nzigiyimpa a été récompensé aujourd’hui par le prix Wangari Maathai « Défense des forêts » pour son engagement sans relâche et sa contribution remarquable à l’amélioration des forêts et à celle des conditions de vie des populations autochtones, des femmes et des jeunes dans son pays, rapporte un communiqué de la FAO.

Nzigiyimpa a été le premier dans l’histoire du Burundi à impliquer les populations autochtones dans la gestion durable des forêts. Il a notamment fait participer une communauté de 130 individus appartenant au peuple Batwa, qui vivait dans les rues de Bururi de manière précaire. Ces derniers se sont regroupés en association, ont réuni leurs économies, ont ouvert un compte bancaire et ont réussi à acheter trois hectares de terres dans la réserve naturelle de Bururi où ils ont ensuite pu construire leurs propres maisons et sont devenus gardiens de la forêt, depuis longtemps menacée d’exploitation forestière illégale.

« J’ai décidé d’impliquer les jeunes en les connectant à la nature, en les éduquant, en les influençant et finalement en les changeant : étant donné que les jeunes représentent l’avenir de mon pays, le fait de planter des arbres est également une façon de préparer l’avenir, » a déclaré Nzigiyimpa alors qu’il acceptait sa récompense.

Nzigiyimpa est connu pour ses efforts sans relâche, parfois au péril de sa vie, visant à améliorer la sécurité alimentaire et les conditions de vie de ses concitoyens. Il a également été décisif en réussissant à améliorer l’éducation des enfants dans des domaines variés tels que l’écologie et la restauration et la gestion durable des forêts.

A noter enfin que la cérémonie de remise de prix s’est déroulée lundi en marge du 25ème Congrès mondial de l’Union internationale des instituts de recherches forestières (IUFRO).

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici