Article paru dans le 1er numéro(avril-mai 2015) du Magazine Libre Entreprise.

Effectuer une enquête auprès d’un échantillon de plus de 100 économistes (toutes branches confondues) répartis sur les quatre coins du pays ne semble pas être un exercice de tout repos. Détails. M.M

L’idée d’écrire un article sur les économistes qui ont le plus marqué la pensée économique au Maroc a impressionné plus d’un. Nous avons contacté plus de 100 économistes marocains en leur posant la question : « Pouvez-vous nous donner les noms de cinq économistes qui ont marqué  le plus la pensée économique du Maroc (depuis l’indépendance), en justifiant votre choix ? »

Belal, Chef de file

Les résultats de l’enquête par sondage ne se font pas attendre et la question qui prévaut est donc la suivante : avons-nous réellement une pensée économique? Si c’est le cas, ces grands penseurs économiques auraient-ils réussi à influencer l’économie et la société? Au-delà des surenchères idéologiques et des spéculations politiques, les économistes sondés sont départagés. Le grand nombre reconnaît le rôle majeur d’une poignée d’économistes qui se comptent sur les bouts du doigt dont Aziz Belal, d’ailleurs le seul ayant fait l’unanimité ou presque! Seule une minorité croit purement et simplement que grands auteurs qui ont laissé leur trace, ça n’existe pas. Vlan! Ou peut-être « tout jugement reste en général associé aux idéologies » comme l’a bien souligné le chercheur Mohamed Jellal. Quoi que l’on puisse dire le constat de désaccords périlleux entre nos économistes est sans appel.

La carte de l’indifférence !

Ce travail de prospection laisse dégager également deux constats navrants. Le premier montre l’indifférence,  voire le désintérêt  de bien d’économistes n’ayant pas souhaité donner suite à notre requête. Le second constat, pire encore, révèle d’une part un manque  de culture économique même chez le corps professoral : « En fait je ne suis pas économiste mais docteur en sciences de gestion. Je ne rentre donc pas dans votre panel », est-il répondu. D’autre part, l’insuffisance du recul nécessaire justifie(ou semble l’être!) l’abstention à s’exprimer. « J’ai bien peur de ne pouvoir vous être utile. Deux raisons à cela (pour rester intègre et ne pas tomber dans le complexe d’imposteur). D’abord, je n’ai pas le recul nécessaire pour apprécier le degré d’influence ou de « marquage » de la pensée économique au Maroc (par des économistes marocains, depuis A. Belal). Ensuite, je crois que j’ai perdu la « foi » d’économiste qui m’animait depuis bien des années (j’espère que je me trompe!). En effet, je me suis aperçu de l’insuffisance flagrante de cette discipline, d’apporter des réponses en terme de développement au Maroc. Ceci est d’autant plus vrai que l’économie (principes et pensée) est utilisée par le politique parfois, si ce n’est souvent, de piètre manière », déclare le professeur universitaire Omar Belkheiri. D’après tous ces éléments, il nous a paru judicieux, pour ne pas tomber dans le piège de la partialité et de l’objectivité aveugle, de ne mettre en avant que l’économiste Aziz Belal. Et de se contenter de lister les noms des économistes proposés suivant un ordre alphabétique.

L’exception Driss Benali

Après Belal arrive Driss Benali. Considéré par ses pairs comme un des plus grands économistes de son temps, le « brillant économiste » garde une distance bien loin en avant par rapport aux autres. En effet,  52% des interviewés l’ont cité comme penseur très influent. Il est plus connu à travers ses travaux sur « les structures socio-économiques du Maroc précolonial et ses réflexions sur la société marocaine contemporaine». « Il a permis de mieux cerner les contours du Maroc pré-capitaliste, et d’élaborer une analyse critique de l’économie marocaine qu’il qualifie d’économie néo patrimoniale fondée sur la rente », est-il souligné.

Liste des économistes proposés par ordre alphabétique Tableau

 

Noms                                 Justifications des choix

  1. Najib AKESBI pionnier de l’économie rurale au Maroc
  2. Samir AMIN
  3. Ahmed AZIRAR spécialiste macro-économiste et du commerce international; distingué par l’Organisation Mondiale des Douanes; militant de la promotion de l’économie d’entreprise et fondateur de l’Association des économistes d’entreprise
  4. Abdelali BENAMOUR
  5. Abdelkader BERRADA ( analyse des relations Etat/secteur privé et politique budgétaire et financière) on l ‘appelle à l’ université l’économiste des pauvres .
  6. Mohamed BERRADA
  7. Najib BOUDERBALA
  8. Rachid BOUTI
  9. Mohamed CHIGUER grand spécialiste de l’économie sociale et du marché financier. Il a démontré la connexion entre la philosophie, la science et l’économie pour l’analyse du modèle civilisationnel occidental.
  10. Najib EL AOUFI éminent économiste qui milite en faveur du rôle des facteurs institutionnels dans l’explication du développement (dans la lignée des économistes institutionnalistes)
  11. Noureddine El AOUFI ( analyse du rapport salarial selon la théorie de la régulation).
  12. Larbi EL FIRDAOUSSI
  13. Omar EL KETTANI pionnier de la pensée économique islamique au Maroc
  14. El Mostafa EL KTIRI
  15. Habib El MALKI Et ce pour ses travaux de recherche originaux, sa méthode scientifique, son esprit critique.
  16. Mahdi El MANJRA
  17. Mohamed HARAKAT pionnier en matière de l’étude de la relation entre gouvernance, reddition des comptes et développement socioéconomiques du Maroc (1987-2015). Auteur de plusieurs publications et travaux sur la gouvernance économique, la transparence et le développement
  18. Larbi JAIDI
  19. Mohamed JELLAL Pour ma part , j’ai toujours été classé premier économiste du Maroc au niveau du classement international parmi plus de 43.000 chercheurs internationaux
  20. Mohamed LAHBABI
  21. Abdellatif JOUAHRI
  22. Ahmed LAHLIMI ALAMI a pu mettre les sciences économiques au service de la production de documents de grande valeur permettant une meilleure connaissance de la réalité socio-économique du pays tant au niveau de l’évolution passée et en cours qu’au niveau des extrapolations à venir.
  23. Michel Morret
  24. Fathallah OUALALOU (analyse de la dépendance financière et commerciale),

  a pu faire la synthèse entre la théorie macro-économique (en tant qu’enseignant chercheur), la gestion des finances de l’Etat (en tant que ministre des Finances) et la réflexion socio-politique(en tant qu’intellectuel et dirigeant socialiste).

  1. Paul PASCON développé la théorie de la société composite pour l’analyse de la société marocaine.
  2. Mohammed SALAHDINE ses travaux pionniers sur des thématiques telles que les petits métiers, l’insertion professionnelle des lauréats universitaires, etc. et sa méthodologie d’approche des sujets traités. Il a publié divers travaux sur le secteur informel , les problèmes de la pauvreté de l’emploi et de la formation professionnelle
  3. Mohamed SAID SAADI
  4. André TIANO
  5. Abdelkhalek TOUHAMI
  6. Hassan ZAOUAL économiste marocain de France, pionnier en matière de développement de « l’homositus », le management situé et les économies voilées au Maghreb. Il a contribué à l’introduction de la dimension culturelle de développement dans les organisations internationales.

 

Plagiat : La révélation choc !

Cette enquête nous a permis de lever le voile sur un péché véniel à savoir le plagiat. D’ailleurs, LIBRE ENTREPRISE a reçu les preuves documentées de plagiat dans les travaux de recherches universitaires de Professeurs émérites. Le pire c’est que  les noms de l’accusateur et le plagiaire sont mentionnés ci-haut. La réponse du berger à la bergère fut alors : « à commencer par le corps enseignant universitaire lui-même, lequel est  constitué majoritairement de mafias : plagiat de mémoires et de thèses de doctorat, recrutement clientéliste des enseignants, recherches universitaires marchandes… », lance l’économiste Ahmed Zoubdi.

Chiffres clés

  • Sur les 100 économistes contactés, près de la moitié seulement ont répondu présent.
  • Près de 20% des répondants sont des femmes.
  •  Plus de 90% des sondés citent le nom de Aziz Belal.
  • Plus de 70% des répondants travaillent à Rabat.

 

Extrait de témoignages sur l’économiste Aziz BELAL

Les économistes cités ci-dessous sont les seuls ayant justifié leur choix.

  • Mohamed Said Saadi :

« Je partage entièrement (…) la prééminence de Aziz Belal, d’abord en sa qualité de premier économiste marocain ayant analysé de manière systématique et originale les mécanismes à la base du sous -développement de l’économie marocaine en s’inspirant de l’école latino-américaine de la dépendance et des travaux de Samir Amin sur l’accumulation á l’échelle mondiale. Ensuite, en sa qualité de penseur social qui a mis en relief l’importance des facteurs non-économiques pour expliquer le sous-développement et dégager les voies et les alternatives de libération nationale et de développement civilisationnel. Enfin, Aziz Belal a grandement contribué à la formation de plusieurs générations d’économistes et de hauts cadres de l’Etat et du monde économique ».

  • Mohammed ABDOUH:

« Aziz BLAL notamment pour son travail de thèse sur l’investissement public au Maroc et son influence sur des générations d’économistes marocains ».

  • Ahmed ZOUBDI:

« A mon humble avis, le seul et unique économiste qui a marqué la trajectoire de la recherche économique au Maroc  (parce qu’il n’y a malheureusement pas de pensée économique dans notre pays!) est le professeur Aziz Belal, qui est allé au-delà de l’économique et doit être qualifié  de penseur social à l’instar de Samir Amin, Immanuel Wallerstein, Andre Gunder Frank, Ernest Mandel et bien d’autres. Le regretté Aziz Belal a posé le noyau d’une science économique marocaine mais depuis sa disparition tragique et obscure  la recherche dans cette discipline a fortement régressé en dépit des efforts déployés…»

  • M’hammed GRINE:

« Abdelaziz BELAL a mis en exergue le rôle des facteurs non économiques dans le développement du pays ».

  • Najat SAHER:

« Malgré sa mort prématurée, sa pensée a marqué des générations et continue à avoir de l’influence sur certains économistes ».

  • Bendaoud EL MATAOUI:

« Et ce pour ses travaux de recherche originaux, pour sa méthode scientifique, pour son esprit critique. Bref, cet économiste est crédible et militant ».

  • Abderrazzak ELMEZIANE:

« Aziz Belal : pionnier de l’économie de développement au Maroc ».

  • Mohamed HARAKAT:

« Abdelaziz Belal : Fondateur de l’université marocaine, auteur de plusieurs écrits sur  l’investissement, les facteurs non économiques et la recherche scientifique (1960-1982) ».

  • Ahmed AZIRAR:

« Aziz Belal: Premier marocain docteur d’Etat en sciences économiques. Il a formé des générations et sa thèse sur l’investissement a fait date. Il a participé à la gestion publique et au débat public ».

  • Abdelkader BERRADA:

« Aziz Belal fait partie de ces économistes qui ont développé (développent) des thèses qui permettent de mieux comprendre l’évolution et les grands enjeux de l’économie et de la société marocaines. Ils ont en plus fait preuve d’une honnêteté intellectuelle insoupçonnée.  Ils se sont en plus efforcés de rester eux-mêmes, de joindre l’acte à la parole. Ils n’ont rien des économistes Janus qui ont fini par épouser les thèses néo-libérales (privatisations, déréglementation, népotisme, etc.), par se transformer en mangeurs de surplus, par pratiquer la fraude et  l’évasion fiscales, par devenir propriétaires de biens mal-acquis au Maroc et à l’étranger, par échanger Jean Jaurès  contre Milton Friedman, etc.»

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici