Le Maroc devient de plus en plus un marché cible d’exportation pour la Turquie. C’est du moins ce qui ressort du Plan Principal d’Exportations 2019-2023 dévoilé dernièrement par la ministre turque du Commerce, Ruhsar Pekcan. « Les pays que nous ciblons dans le Plan Principal d’Exportations sont les États-Unis, le Brésil, la Chine, l’Éthiopie, le Maroc, l’Afrique du Sud, la Corée du Sud, l’Inde, l’Irak, le Royaume-Uni, le Japon, le Kenya, la Malaisie, le Mexique, l’Ouzbékistan, la Russie et le Chili« , rapporte la presse turque. Ajoutant que cette de feuille de route fixe 17 pays et 5 secteurs cibles que sont la mécanique, l’automobile, l’électricité-électronique, l’industrie chimique et l’industrie alimentaire. Elle vise en somme un volume des exportations de 226,6 milliards de dollars.

Malgré les différentes mesures de défense commerciale lancées par le Maroc, il faut dire que les turcs ont profité – (et continuent)-pleinement de l’accord de libre-échange signé avec notre pays. Preuve : notre déficit commercial culmine à 16 milliards de DH en 2018 contre 12,4, 10,7 et 4,4 milliards de DH  en 2017, 2016 et 2006 respectivement.

Toujours selon l’Office des changes, les exportations du Maroc vers la Turquie se chiffrent à 5,5 milliards de DH en 2018, en net repli de 20,3% par rapport à 2017 et de 25,7% par rapport à 2016.

Quant à nos achats, elles se sont envolées à 21,5 milliards de DH en 2018, en hausse de 11,4% par rapport à 2017 et de 36% par rapport à 2015.

En plus des flux commerciaux de biens et services, il faut souligner enfin que la Turquie tire profit aussi de la balance touristique.  Selon les chiffres relayés par la presse locale, 120.000 marocains auraient fait le déplacement en Turquie, à fin juillet 2019.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici