Les investissements  dans le gaz naturel liquéfié (GNL) ont enregistré cette année un record de 50 milliards de dollars. A l’origine cette annonce faite aujourd’hui à Tokyo, Fatih Birol, directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie.  Ajoutant que les principaux moteurs de cette dynamique restent le Canada et les États-Unis.

A son avis, la Chine devrait dépasser le Japon en tant que premier importateur. Dans les cinq prochaines années, environ un tiers de la demande mondiale de GNL proviendra uniquement de la Chine, a déclaré Birol lors de la conférence annuelle des producteurs et consommateurs de GNL à Tokyo. D’autres pays d’Asie, notamment le Bangladesh, l’Inde, le Pakistan et la Thaïlande, importeront également davantage de GNL.

Les importations européennes de gaz naturel liquéfié (GNL) augmenteront également avec la baisse de la production de gaz domestique et la diversification des sources d’approvisionnement des pays, prévoit-il.

Il a affirmé que les États-Unis représenteraient les deux tiers de la croissance mondiale des exportations de GNL, ce qui pourrait transformer la dynamique des prix en Asie en faveur de contrats de GNL liés au gaz plutôt qu’au pétrole, étant donné qu’environ 70% des contrats de GNL sont indexés sur le pétrole. (Avec Reuters)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici