La branche du « Commerce de détail hors magasin » se veut le premier employeur du Maroc en 2018. Alors que l’Agriculture et l’Industrie perdent des emplois, le commerce de détail à ciel ouvert reste la principale locomotive avec 34.000 postes créés en 2018, selon les derniers chiffres du Haut-commissariat au plan(HCP). Le défi s’annonce de taille pour l’économie nationale, tant l’informel demeure la principale locomotive des perspectives d’embauche. Le commerce ambulant est suivi par le secteur de l’« Agriculture, forêt et pêche » ayant créé 19.000 emplois l’année dernière. Arrivent ensuite, les secteurs du BTP (15.000 emplois) et l’Industrie y compris l’Artisanat (13.000 emplois). La branche des « services personnels et domestiques » boucle le top 5 avec 13.000 postes crées. Des indicateurs qui renseignent  sur l’état de santé d’un moteur de la croissance sans réel développement.

Selon le HCP, entre 2017 et 2018,  l’économie marocaine a créé 112.000 postes d’emploi, 91.000 en milieu urbain et 21.000 en milieu rural, contre une création de 86.000 une année auparavant.

Il est noté aussi que le taux de chômage est ainsi passé, entre 2017 et 2018, de 10,2% à 9,8% au niveau national ; de 14,7% à 14,2% en milieu urbain et de 4% à 3,5% en milieu rural. Les baisses les plus importantes du taux de chômage ont été relevées parmi les personnes ayant un diplôme (-0,8 point), les femmes (-0,7 point) et les jeunes âgés de 15 à 24 ans (-0,5 point). En revanche, les hausses les plus importantes du taux de chômage ont été enregistrées parmi les diplômés des facultés (+0,6 point) et les jeunes citadins âgés de 15 à 24 ans (+0,4 point). Les taux de chômage les plus élevés sont relevés parmi les femmes avec 14%, les diplômés avec 17,1% et les jeunes âgés de 15 à 24 ans avec 26%.