Le groupe Banque centrale populaire(BCP) annonce une augmentation de ses encours de crédit alloués aux TPME au titre de l’année en cours. La banque au cheval  revendique, d’ailleurs, une part de marché de 20% de l’encours global des crédits aux TPME. Et c’est son PDG, Mohamed Karim Mounir, qui le réaffirme, aujourd’hui 21 mars à Casablanca, lors de la conférence de présentations des résultats financiers annuels de l’année 2018. De nouveaux produits dédiés seront lancés à partir d’avril prochain au profit des TPME marocaines et celles opérant sur le périmètre des filiales africaines, lance Mounir. Ajoutant que des rencontres régionales avec les TPME en compagnie de son staff sont prévues dans le futur proche.  Ces rencontres ayant déjà eu lieu à Casablanca et Marrakech ont pour objectif d’être à l’écoute de ces entreprises, les accompagner voire « redresser certaines » pour reprendre les termes du patron du 1er collecteur de l’épargne nationale. Lui qui reconnaît, que malgré les efforts consentis en faveur de cette catégorie du tissu entrepreneurial, beaucoup de chemin reste à parcourir au niveau de l’accompagnement régional. « L’atonie que vit aujourd’hui le marché des crédits aux entreprises requiert l’intervention de tous les acteurs bancaires afin d’installer un climat de confiance », insiste-t-il. Un appel qui verse dans le sens des mesures prises par le gouvernement cette année en faveur de la relance de l’investissement et de l’amélioration de l’accès au financement des TPME, industrielles et exportatrices.

Lire aussi : TPME : Voici les nouveaux produits de la CCG

S’agissant de l’accompagnement des startups, Mounir annonce la création d’une société d’investissement. Une stratégie d’innovation illustrée en 2018 par l’acquisition de la Fintech Wizall. 10 offres sont aussi dans le pipe.

Afrique

Par ailleurs, le groupe affiche ses ambitions de poursuivre sa « dynamique de croissance » en Afrique. Mounir confirme la finalisation du rachat des filiales africaines du groupe français BPCE en Tunisie, Congo, Cameroun, et Madagascar.  Des prises de participation sont prévues également et pour la première fois sur un marché anglophone : Rwanda. Côté résultats, les filiales en Afrique subsaharienne affichent ainsi un Produit Net Bancaire en progression de 14%, principalement tiré par les performances de l’activité d’intermédiation. Les banques enregistrent notamment une hausse de 12% des crédits et de 9% des dépôts, en parallèle avec l’amélioration de la marge d’intérêt clientèle de plus de 14% au titre de l’exercice 2018.

Le rapport de CDG Capital

Le dernier rapport de CDG Capital sur les filiales bancaires marocaines en Afrique taxe une sous-capitalisation des filiales de BCP, avec un ratio de 4,7%. Un constat qui n’a pas manqué d’irriter le patron de la banque au cheval. Rejetant catégoriquement la fiabilité de cette étude, il souligne que « les ratios de CDG Capital sont erronés ».

Chiffres clés

  • 2,1milliards DH, Augmentation de capital réservée aux salariés 
  • 2,7 milliards DH, Augmentation de capital réservée aux filiales régionales
  • 5 milliards DH, l’encours des crédits accordés au Fogarim.
  • Le ratio de solvabilité du groupe est autour de 13,0%.
  • 5,5 milliards DH, l’additionnel de provisions au bilan d’ouverture IFRS 9 (FTA) au 1er janvier 2018.
  • Taux de couverture des prêts et créance clientèle CPM à 70%.
  • 2% : l’évolution du coût du risque
  • Forte baisse du coût du risque de -63% principalement due à un important effort de recouvrement.
  • Amélioration de la marge d’intérêt clientèle sur l’activité bancaire de plus de 15%.
  • Évolution favorable du PNB des filiales, Chaabi LLD (18%), Maroc Assistance International (40%)
  • Amélioration du positionnement de la Banque sur l’encours des crédits de +31 pb à 24,2% de part de marché.
  • Recul des dépôts des entreprises suite à la baisse volontariste des DAT (-0,7%).

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici