Au moment où tous les constructeurs mondiaux automobile surfent sur la vague de l’électrique, on n’a pas encore entendu un seul mot sur le sujet de la part du ministre de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy(MHE). Lequel se targue devant les parlementaires, tambours battants, que le Maroc produira dans le futur proche quelques 700.000 voitures par an. Quelle prouesse! Il semble que MHE a oublié ses promesses : le 26 avril 2017, il a annoncé que le Maroc table sur une capacité de production d’un million de véhicules avec un taux d’intégration locale de 80% à l’horizon 2020. Malheureusement, le sort en est jeté! Mais le vrai défi pour l’industrie automobile au Maroc n’est pas là. Quid du virage stratégique de la voiture électrique?

Pour mémoire, le Maroc a signé en décembre 2017 un protocole d’accord avec le constructeur automobile chinois BYD pour l’implantation d’une usine de voitures électriques près de Tanger (nord). Nous sommes au 2éme semestre 2021 et toujours silence radio. Apparemment, les Chinois ont lâché notre ministre.

MHE tourne en dérision les parlementaires on leur signifiant que la destination Maroc dépassera celle de la Chine : « on compte détrôner l’Inde et la Chine en matière de compétitivité automobile », assure-t-il. Probablement sur le thermique, une page révolue de l’histoire automobile pour bientôt.

Mais pas l’électrique. Preuve : Au lieu que le Maroc s’empare de la version électrique de la marque Dacia, c’est plutôt la Chine qui vole la vedette. Savez-vous que la Chine fabrique en exclusivité la Dacia Spring, un concept car Dacia Spring Electric dévoilé le 3 mars 2020.

Les derniers chiffres de Renault  informent que Dacia Spring, l’électrique accessible, démarre fort avec déjà plus de 15.000 commandes pour des livraisons prévues cet automne. Dacia continue le renouvellement de l’ensemble de sa gamme, car elle a tout compris ! Au moment où l’Union européenne veut stopper la vente des voitures essence et diesel à partir de 2035. Cette ambitieuse proposition a été soumise mercredi par la Commission européenne lors de la présentation de son vaste plan climat. Bruxelles souhaite l’arrêt des ventes de véhicules neufs à moteurs thermiques, y compris les hybrides (essence-électrique) et hybrides rechargeables d’ici 2035 dans l’UE.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici