Levée de rideau, hier à Rabat, sur la « Semaine du cinéma turc » au Maroc. Le coup de lancement est donné avec le film « 7. Koğuştaki Mucize » (Un miracle dans la cellule n° 7), un mélodrame turc qui a fait parler beaucoup de lui. C’est l’histoire d’un  destin tragique d’un berger chargée d’émotions à couper le souffle: emprisonné pour le meurtre d’une enfant, un père souffrant d’un retard mental se voit obligé de partager les quatre murs de la cellule n°7. Sa fille unique, son petit ange, doit prouver son innocence. Et voici que commence une plongée dans une attente angoissée de la suite des événements…

Fort d’un joli tube sur la plateforme Netflix, le film est le plus gros succès du cinéma Turc en 2019, trustant la première place du box-office sur tout le mois d’octobre et attirant 5 millions de spectateurs. Il a ainsi remporté plus de 89 millions de livres turques (soit 12 millions d’euros), d’après la presse française. Il connaît un succès inattendu en France et aux États-Unis, selon son réalisateur.

SE Ahmet Aydın Doğan et M. Ansar Forat

Par ailleurs, cette soirée de projection au cinéma Atlas à Rabat a été rehaussée par la présence de SE  Ahmet Aydın Doğan, Ambassadeur de la République de Turquie à Rabat. « La Semaine du cinéma turc au Maroc contribue au renforcement des relations d’amitiés, de solidarité et de coopération culturelle entre les deux pays », déclare-t-il. Et d’exprimer la volonté de son gouvernement d’approfondir les relations de coopération bilatérale. Même son de cloche auprès d’Ansar Forat, directeur de l’Institut turc Yunes Emre au Maroc. Pour lui, cet événement culturel confirme l’importance des relations maroco-turques, enracinées dans l’histoire. C’est une forme d’expression importante d’un patrimoine culturel commun recouvrant les différents aspects de la culture islamique.

L’équipe de réalisation du film

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici