Au moment où le Roi réserve en personne un accueil triomphal pour l’équipe nationale après son exploit historique en Coupe du Monde 2022, voici qu’un site marocain arabophone « achkayen.com » vient jouer les trouble-fête. Le dit site internet  a décrit le joueur Zakaria Aboukhlal, né le 18 février 2000 à Rotterdam aux Pays-Bas, comme un « salafiste » et a critiqué sa prostration après avoir marqué un but contre la Belgique. Le site a ensuite été contraint de supprimer l’article, qui a été critiqué par des militants et des professionnels des médias, qui l’ont décrit comme « ne respectant pas le niveau minimum de travail journalistique et d’éthique professionnelle », rapporte l’agence Andalou.

La réponse du Conseil national de la presse (CNP) ne se fait pas attendre.  Voici son communiqué officiel parvenu à la réaction :

Le journal numérique  » achkayen  » a publié des accusations contre le joueur de l’équipe nationale marocaine, Zakaria Abu Khalil, concernant des allégations sur son comportement lors de sa participation à la finale de la Coupe du monde au Qatar, ce qui ne peut en aucun cas être considéré comme un travail journalistique, car il a rien à voir avec la couverture d’un événement sportif qui a bénéficié d’un large suivi par le public marocain et international.

Le Conseil national de la presse note ici que la focalisation de la presse sur toute personne en raison de son appartenance ethnique ou religieuse est une stigmatisation inacceptable qui est rejetée par toutes les chartes de déontologie de la presse, y compris la charte de déontologie professionnelle approuvée au niveau national, telle qu’élaborée par le Conseil, et Cette loi stipule, comme l’affirme l’article 2, dans le chapitre sur la responsabilité envers la société, qu’« il n’est pas permis de discriminer entre les personnes en raison de leur sexe, de leur couleur, de leur race, de leur handicap ou de leur affiliation religieuse ou sociale, ou par toute autre forme de discrimination, et il n’est pas non plus permis de blasphémer et d’appeler à la haine et à la stigmatisation. »

Le Conseil, tout en dénonçant ce comportement du journal précité, met en garde contre le danger d’une dérive vers l’excitation libre, d’autant plus que certains médias étrangers ont tenté d’offenser l’équipe nationale marocaine, en déformant le comportement de ses joueurs, à travers leur manifestations spontanées de leur attachement à leurs valeurs authentiques, culturelles et familiales.

La responsabilité envers la société imposait au journal susmentionné d’être vigilant et prudent lorsqu’il publiait des allégations éloignées du terrain sportif, de l’exploit de l’équipe nationale marocaine, de l’esprit de persévérance et de sacrifice, et de l’attachement au patriotisme et à l’appartenance civilisationnelle exprimés par les joueurs, qui ont trouvé un bon écho, non seulement dans les pays arabes et africains, mais aussi dans le monde.

Le Conseil national de la presse, conformément à sa charte et à la loi encadrant ses travaux, présentera ce dossier à la Commission d’éthique professionnelle et des questions disciplinaires.