Le régime Algérien et ses troupes médiatiques mènent une vague de communication intense et acharnée contre le Maroc. Motif : la représentation diplomatique marocaine à New York  a distribué une note officielle aux pays membres du mouvement Non-alignés dans laquelle le Maroc « soutient publiquement et explicitement un prétendu droit à l’autodétermination du peuple kabyle », indique, dimanche, un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger. Par voie de conséquence : « L’Algérie a décidé de rappeler son ambassadeur à Rabat pour consultation avec effet immédiat », rapporte l’agence APS.

La reconnaissance marocaine au peuple kabyle de son droit à l’autodétermination n’est que la résultante d’un processus de négociation que l’on peut qualifier d’un long fleuve tranquille.

Le conflit au Sahara « n’a que trop duré et fait peser un risque permanent de tensions. Qu’en pense nos économistes ?

AVIS DE MOHAMED CHIGUER

« Le conflit du Sahara a trop duré. Toutes les tentatives du Maroc pour ramener le régime algérien à de meilleurs sentiments se sont heurtées à l’intransigeance de ce dernier (l’appel à l’ouverture des frontières, la main tendue, l’autonomie pour les provinces du sud). En s’accrochant au référendum, que l’ONU a abandonné, le régime algérien cherche à éterniser le conflit et fait preuve de son incapacité à renouveler son logiciel pour se mettre au diapason avec le monde d’aujourd’hui.

Faut-il rappeler que le conflit du Sahara est le produit d’une époque révolue où le monde arabe était divisé en deux blocs opposés : les panarabistes, constitués de régimes militaires qui se sont alliés au bloc de l’Est, et les « islamistes », constitués, essentiellement, de régimes monarchiques d’obédience occidentale. Le panarabisme, comme l’islamisme, sont deux « idéologies locales » conçues pour se prémunir contre l’universalisme.

Les régimes militaires qui se voulaient progressistes et à coloration soi-disant socialiste, se sont constitués en front de refus non pour faire triompher la cause palestinienne, mais pour s’en servir en vue de consacrer leur autoritarisme voire leur despotisme, légitimer leur animosité vis-à-vis des régimes dits islamiques qui leur faisaient de la résistance ou qui leur disputaient le leadership et justifier, en conséquence, leur hégémonisme et les manœuvres qu’ils entreprenaient pour  les déstabiliser.

 Le régime militaire égyptien a mené une guerre au Yémen et s’est allié au régime militaire algérien lors de la guerre des sables. Ce dernier s’est associé au régime de Kadhafi, pour récupérer le POLISARIO et en faire un « caillou dans les souliers du Maroc ». Le régime de Saddam s’est lancé dans une guerre par procuration, contre les Ayatollahs qui venaient juste de destituer le Chah, considéré comme gendarme de l’impérialisme. Al Assad a mobilisé ses troupes pour mettre le Liban sous protectorat syrien.

Ces agissements qui se sont révélés un gouffre financier, ont eu des effets désastreux sur les peuples de ces pays, en particulier, et sur la région en général. L’Irak a été détruit, la Syrie a été mise à genoux, la Libye fait l’objet d’une guerre fratricide et le Soudan a été amputé de son sud et s’est trouvé au banc des nations. Seuls les régimes militaires égyptien et algérien ont pu survivre. Le premier parce qu’il est entré dans les rangs très tôt, en signant les accords de Camp David, et en s’alignant sur les positions anti-démocratiques des monarchies du Golfe suite au printemps arabe.

Le régime militaire algérien semble bénéficier d’une certaine bienveillance après avoir interrompu le processus démocratique et écarté, en conséquence, l’épouvantail islamiste que craignait l’Europe en particulier. Néanmoins, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis la fin de la décennie noire.

Ainsi, le Hirak qui a été contraint au confinement suite à la COVID19, a été un avertissement à la junte militaire pour qu’elle se retire dans ses casernes avec les honneurs. D’ailleurs, le taux d’abstention lors du référendum sur la nouvelle constitution, ne lui a laissé qu’une seule et unique légitimité, à savoir la légitimité des armes. Or, la reconnaissance par les Etats-Unis de la marocanité du Sahara est à même de remettre en cause cette légitimité en réduisant davantage sa marge de manœuvre pour se maintenir au pouvoir.

Avec la reconnaissance par les USA de la marocanité du Sahara, qui est en fait une opération de recadrage, le double discours ne serait plus de mise. L’Algérie des généraux ne peut plus se cacher derrière un principe aussi noble que le droit des peuples à disposer d’eux –mêmes qu’elle veut, par ailleurs, sélectif. Elle l’exige pour le Sahara marocain, mais refuse de l’accorder à la Kabylie qui n’a cessé de réclamer son droit à l’autodétermination. Les puissances, notamment celles qui ont un passé colonial dans la région qui auraient dû témoigner et rétablir le Maroc dans ses droits, devraient sortir du bois.

 Cette reconnaissance profite, objectivement, à l’ensemble des pays du Maghreb et par ricochet à la cause palestinienne. Elle peut contribuer à l’accélération du règlement du conflit du Sahara ; règlement qui est de nature à ouvrir de nouvelles perspectives pour reprendre la construction du Grand Maghreb ; prélude à un rééquilibrage des rapports de force dans la région de l’Afrique du Nord et du Moyen Orient.

En fait, les deux Etats voisins sont condamnés à s’entendre. Ils finiront par se mettre autour d’une table de négociation tôt ou tard, en vue de dissiper les équivoques et les malentendus et régler ainsi, tous les litiges et les problèmes qui les opposent.  Le Maroc s’est déclaré disposé à aller dans ce sens (discours royal ;2018) en tendant la main que le régime militaire algérien ne s’est pas empressé à prendre. Ce dernier doit donc, assumer les conséquences de son obstination et reconnaitre sa responsabilité pleine et entière de l’état où se trouve actuellement la région. Le Maroc n’a fait jouer la carte des Etats-Unis et d’Israël qu’après avoir épuisé tous les recours dont il disposait pour régler le conflit du Sahara. Reste à se demander si la position des Etats-Unis va amener le régime militaire algérien à changer son fusil d’épaule.

Il est peu probable que ce régime aille contre sa nature et accepte de faire son mea -culpa. Il serait plus enclin à une fuite en avant dans une tentative désespérée pour se faire une nouvelle légitimité. Cependant, là où croît le péril croît ce qui sauve. C’est pourquoi, il faut garder l’espoir tant que l’imprévisible relève du possible »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici