Le constructeur automobile allemand Audi, filiale du groupe Volkswagen, a annoncé mardi la suppression de 9500 emplois d’ici 2025 en Allemagne, rapporte un communiqué. Signal fort pour l’industrie automobile classique à l’épreuve de la mobilité électrique et la voiture connectée, qui commencent déjà à grignoter du terrain. La marque aux quatre anneaux a senti terriblement le vent tourné, d’ailleurs, ses ventes et bénéfice opérationnel ont reculé sur les trois premiers trimestres de l’année. Elle n’est pas la seule à subir les contretemps, la production automobile en Allemagne s’est effritée de 9 % sur les dix premiers mois de l’année, sous l’effet d’une moindre demande étrangère. Sachant que c’est un des piliers majeurs de l’industrie allemande, avec près de 5 % du PIB et plus de 800.000 emplois directs.

Le plan de restructuration lancé par Audi vise à drainer quelque 6 milliards d’euros d’économies par an jusqu’en 2029. Lesquelles seront également investies dans les « sujets du futur » comme l’électrique ou la voiture connectée, explique le groupe dans un communiqué. Objectif : «augmenter sa compétitivité» dans ce secteur bouleversé par l’électrification. Les réductions de postes seront compensées par la création de 2000 «nouveaux postes d’experts» dans des domaines liés à la mobilité électrique et la voiture connectée.

Le plan de restructuration touche aussi au top management, avec l’arrivée d’un nouveau patron, Markus Duesmann, qui prendra au 1er avril 2020 le volant  d’Audi à la place de Bram Schot. A noter enfin que le constructeur allemand emploie quelque 90.000 personnes, dont 60.000 en Allemagne.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici