Le dernier rapport sur les Perspectives alimentaires publié par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture met en garde contre les potentiels risques que représente la maladie de la fusariose de souche 4, détectée pour la première fois en Amérique latine, sur la production mondiale de bananes et de plantains, estimée à 45 milliards de dollars.

En se basant sur le fait que le champignon ne s’est pas propagé au-delà de la Colombie en ce qui concerne l’Amérique latine, la propagation graduelle de la TR4 devrait être surtout dévastatrice en Asie et devrait entraîner une baisse de 2 pour cent de la production mondiale, la perte de 240 000 emplois directs et provoquer une hausse de 9,2 pour cent des prix mondiaux de référence pour les bananes d’ici 2028.

La propagation de la TR4 rappelle les dégâts causés par une autre variété de fusariose qui a touché la variété de bananes Gros michel dans les années 50, entraînant des milliards de dollars de pertes commerciales et son remplacement par la variété Cavendish. Les champignons de la fusariose sont particulièrement nuisibles et restent dans le sol pendant plusieurs décennies, provoquant l’abandon de certaines fermes et ajoutant une pression supplémentaire pour la culture de bananes sur les nouvelles terres non affectées.

La souche TR4 pose des risques élevés car elle affecte de nombreuses variétés mis à part la Cavendish, qui représente une part toujours plus importante du commerce mondial du fruit, à l’exception des tendances concernant la consommation au niveau local. Les bananes peuvent fournir jusqu’à 25 pour cent de l’apport calorique journalier dans les zones rurales de certains pays tels que l’Angola et le Rwanda.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici