A fin décembre2019, les  émissions  au  titre  des  dépenses  de  la  compensation se sont  élevées à   18,2  milliards de dirhams contre 13,7 milliards  à fin décembre2018, en hausse de 33,2% (ou +4,6 MMDH), note le dernier Bulletin de statistiques des finances publiques publié par la Trésorerie Générale du Royaume.

En somme, les  dépenses émises  au  titre du  budget  général ont été  de 360,1 MMDH  à  fin décembre2019, en hausse  de 11,7%par  rapport  à  leur  niveau  à fin décembre2018, en raison de l’augmentation de 9,2%des  dépenses  de  fonctionnement,  de 3,7% des dépenses d’investissement et de 28,1% des charges de la dette budgétisée.

La charge des prix du gaz butane, du sucre et de la farine nationale de blé tendre pèsent de plus en plus lourdement. Mais la charge de compensation du gaz butane exerce l’effet le plus notable avec l’augmentation  du cours mondial enregistré depuis 2018. Ainsi, la part des dépenses de compensation  dans le total des dépenses du budget général a grimpé de 4,8% à 5,9% en un an.

En général, l’évolution  de  la  structure  des dépenses  du  budget  général  entre fin décembre2018 et fin décembre 2019 fait ressortir une hausse de la part des dépenses  de  matériel,  des intérêts  de la  dette, de  la  compensation et  des remboursements,    dégrèvements    et restitutions   fiscaux,   conjuguée   à   la baisse   de   la   part   des   dépenses   de personnel et des dépenses d’investissement.

Faits marquants du budget 2019

  • Déficit budgétaire de 46,7 MMDH.
  • Hausse des droits de douane de 0,5%, des impôts indirects de 4,9% et des droits d’enregistrement et de timbre de 0,5%, conjuguée à une baisse des impôts directs de 0,7%.
  • Augmentation des dépenses de personnel de 5%.
  •  Augmentation des charges en intérêts de la dette de 9,2%
  • Hausse des remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux de 13,2% et
  • Hausse des dépenses d’investissement de 3,7%.
  • A fin décembre2019, le taux  de  couverture  des  dépenses ordinaires par les recettes ordinaires  a été  de 105,7%contre 120,4% un  an  auparavant.
  • S’élevant à 560,8MMDH, l’encours de la dette intérieure est en hausse  de 2,2%  par  rapport  à  son  niveau  à  fin décembre 2018.