L’Association Marocaine des Investisseurs en Capital (AMIC) a présenté  aujourd’hui la 3ème édition du « Rapport d’Impact du Capital Investissement au Maroc–Exercice 2021». Au 31/12/2021, 140 entreprises sont accompagnées par le capital-investissement marocain dont 48% sont des start-up et 52% des PME, note un communiqué parvenu à la rédaction.

Les données disponibles pour les entreprises marocaines investies depuis 2000, dont sont exclues les entreprises cotées, permettent de mesurer l’impact du capital-investissement marocain sur l’évolution de leurs chiffres d’affaires, de leurs effectifs, de leur responsabilité sociale et environnementale, de leur gouvernance ainsi que de leurs contributions fiscales.

En 2021, le chiffre d’affaires des entreprises investies enregistre une croissance significative (+27,6%) malgré les effets de la crise sanitaire, tiré par certains secteurs et des effectifs qui ont augmenté de manière considérable (+19.1%)

• Au 31/12/2022, l’échantillon des 72 entreprises marocaines ayant répondu à l’enquête affiche un chiffre d’affaires de 27,8 Mrds MAD et emploient 39 541 salariés.

• La croissance de leur chiffre d’affaires est de +27,6 % alors que celle du PIB national augmente de +7,4%.

• Le CA des start-up affiche le plus fort taux de croissance qui progresse de 56% à 63%.

• Les secteurs dont la croissance du chiffre d’affaires est la plus forte sont la Construction/ BTP (+39%), les Services (+36%) et la Distribution et Négoce (+24%).

Mobilisation confirmée sur les sujets ESG, gouvernance et parité dans les sociétés de gestion et dans les entreprises investies

Contribution fiscale des entreprises investies

Les entreprises investies présentent une contribution fiscale (TVA, IR, IS, autres impôts et taxes) plus importante entre l’année d’entrée et l’année de sortie du fonds (ou 2021 pour les entreprises encore investies). Sur près de 150 PME accompagnées entre 2000 et 2021 et dont les données sont disponibles, la contribution fiscale du secteur a augmenté de plus de 2.6 milliards de dirhams pour une durée moyenne de détention de 6 ans.