Le premier ministre chinois Li Keqiang a dressé un constat morose de l’économie nationale, minée par les restrictions anti-Covid, estimant qu’elle était à un «moment critique» face à des difficultés «plus importantes encore qu’en 2020».

Confrontée depuis plusieurs mois à un regain épidémique, la Chine applique une stratégie zéro Covid, qui entend limiter au maximum le nombre de morts grâce notamment à des confinements – notamment celui de Shanghai depuis début avril.

Fermement défendue par le président Xi Jinping, cette politique sanitaire a de lourdes répercussions sur l’économie, avec nombre de commerces fermés, des usines qui fonctionnent au ralenti et des chaînes de production très perturbées.

«Moment critique»

«Depuis mars et plus encore depuis avril, les indicateurs économiques sur l’emploi, la production industrielle, la consommation d’électricité et le transport de marchandises ont connu une baisse marquée», a déclaré Li Keqiang lors d’une téléconférence mercredi avec des milliers de responsables locaux.

«Les difficultés sont, à certains égards et dans une certaine mesure, plus importantes encore qu’en 2020 lorsque l’épidémie frappait durement» le pays, a-t-il souligné, selon un compte rendu de l’agence de presse officielle Chine nouvelle.

La Chine a dévoilé courant mai ses pires performances économiques depuis deux ans, avec une consommation au plus bas et un chômage proche du record absolu. «Nous sommes désormais à un moment critique, qui déterminera la tendance économique de l’ensemble de l’année. Nous devons saisir cette fenêtre de tir afin de ramener l’économie sur de bons rails», a plaidé mercredi Li Keqiang.

Légitimité du parti

Le ralentissement économique met en péril l’objectif de croissance d’environ 5,5% fixé par Pékin, dans une année politiquement sensible qui devrait voir Xi Jinping être reconduit à la tête du Parti communiste chinois (PCC) à l’automne.

Or le parti tire sa principale légitimité de l’augmentation continue du pouvoir d’achat de la population. «Li Keqiang vient peut-être de préparer le terrain à un abandon de l’objectif de croissance de cette année», estime dans une note jeudi le cabinet Trivium China, spécialisé dans la politique économique chinoise.

Si le confinement semble s’assouplir quelque peu à Shanghai, ses 25 millions d’habitants restent soumis à de strictes restrictions. De son côté, la ville de Pékin renforce ses mesures anti-Covid, avec de nombreux commerces et sites touristiques fermés ou fonctionnant au ralenti.(AFP)