Vingt lauréats recevront chacun 100 000 dollars américains et bénéficieront d’une formation visant à renforcer leurs capacités, de mentorat et d’un accompagnement
Les jeunes entrepreneurs âgés de 18 à 35 ans sont invités à soumettre leur plan d’affaires sur le portail officiel de candidature. Vingt lauréats recevront chacun 100 000 dollars américains et bénéficieront d’une formation visant à renforcer leurs capacités, de mentorat et d’un accompagnement.

Le Centre mondial pour l’adaptation, la Banque africaine de développement et les Fonds d’investissements climatiques lancenta un appel à candidatures pour la deuxième édition du concours African Youth Adaptation Solutions (YouthADAPT).
Pour postuler, veuillez consulter le portail de candidature (https://bit.ly/3DAa2lU).

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au mardi 4 octobre 2022.

YouthADAPT est un concours organisé annuellement par la Banque et ses partenaires qui visent les jeunes entrepreneurs et les micro, petites et moyennes entreprises en Afrique. Ceux-ci doivent soumettre des solutions innovantes et des concepts commerciaux capables de stimuler l’adaptation au changement climatique et la résilience à travers le continent. L’entreprise ou le produit commercialement viables ne doit pas être d’usage courant.

Les 20 lauréats recevront chacun 100 000 dollars américains et bénéficieront en outre, d’une formation, d’un mentorat et d’un accompagnement pour promouvoir leur innovation en matière d’adaptation au changement climatique dans leur communauté et sur l’ensemble du continent.

Le concours fait partie de l’un des piliers du Programme d’accélération de l’adaptation en Afrique (AAAP), un partenariat stratégique entre le Centre mondial pour l’adaptation et la Banque africaine de développement. Il vise à faire face aux effets conjugués de la pandémie de Covid-19, du changement climatique et de la crise économique.

Les candidats doivent être âgés de 18 à 35 ans. Les entreprises doivent être dirigées par des jeunes et offrir des solutions qui répondent aux défis de la vie réelle. Ils doivent être immatriculés en Afrique et y opérer, et être en outre, capable de justifier de revenus pendant au moins deux ans. 50 % des finalistes seront des entreprises appartenant à des femmes ou dirigées par des femmes.