La plus grande entreprise chinoise au monde d’exploitation de peaux d’ânes publie une étude de projet  sur le rendement économique et le retour sur investissements en Égypte. Elle montre que l’exploitation annuelle de 60.000 animaux exécutés (ânes et chevaux) en Égypte permettrait de rapporter environ 6,5 millions de dollars par an dans un premier temps. Mais ce chiffre pourrait s’envoler à  plus de 100 millions de dollars en développant la filière équine de transformation et de valorisation à l’export dans un délai de 10 ans, rapport le site d’info Jour 7.

La ventilation se présente comme suit : 2,5 millions de dollars de recettes d’exportation de viande d’âne et de chevaux à l’étranger, auxquelles s’ajoutent 3 millions de dollars au titre des recettes d’exportation du cuir, ainsi qu’un million de dollars de recettes d’exportation de produits laitiers. Mieux encore, l’export de la gélatine de peau d’âne drainerait  des recettes de l’ordre de  100 millions de dollars.

L’étude envisage à terme de faire de l’Égypte un hub africain de fabrication de produits équins avec une plus grande valeur ajoutée en fabriquant des médicaments et des préparations au lieu d’exporter des peaux brutes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici