Le Premier ministre égyptien, Moustafa Madbouli, a annoncé dimanche des privatisations dans un contexte de crise économique avec une inflation de presque 15% en avril. Dix entreprises publiques, dont deux appartenant à l’armée, vont être privatisées, a confirmé le chef du gouvernement devant un parterre de journalistes. Il a aussi annoncé la création de deux sociétés cotées en Bourse absorbant «les sept principaux ports» égyptiens pour l’une et «les meilleurs hôtels du pays» pour l’autre.

Ces annonces étaient attendues depuis que, début mai, le président Abdel Fattah al-Sissi avait appelé son gouvernement à établir une stratégie de privatisation avec pour objectif de faire rentrer «dix milliards d’euros par an sur une période de quatre ans» dans les caisses de l’État.

Moustafa Madbouli a également indiqué que «l’autonomisation complète du secteur privé» à l’horizon 2025 faisait partie de la stratégie du Caire pour faire face à la crise économique. Il a appelé de ses vœux «une participation du secteur privé dans les investissements totaux portée à 65%», soit plus du double des 30% actuels. AFP