Le secteur agroalimentaire a contribué à hauteur de 60.844 millions d’euros à l’économie nationale en 2019, ce qui représente 5,4% de la valeur ajoutée brute (VAB). Un chiffre qui monte à 102.983 millions d’euros en incluant la distribution de produits agro-alimentaires, donc le pourcentage s’élève à 9,1% de la VAB, un dixième de moins qu’en 2018, selon l’observatoire du secteur agroalimentaire de Cajamar cité par le site d’information murcia.

Si l’on décompose les composantes du secteur agroalimentaire, on observe que la part correspondant à l’activité primaire représente 55% en Espagne, 10 points de plus que dans l’UE-28, tandis que l’industrie de transformation représente les 45% restants.

 En ajoutant la phase de commercialisation, c’est celle qui contribue le plus, 40,9%, ce qui représente 42,139 millions d’euros au GAV du secteur, un chiffre supérieur à celui du secteur primaire (32,5% et 33,454 millions d’euros) et l’industrie de la transformation (26,6% et 27 390 millions d’euros). Par rapport à l’UE-28, le poids du marketing en Espagne est similaire, tandis que le secteur primaire pèse près de 6 points de plus au détriment de l’industrie de la transformation.

L’Espagne est le cinquième pays qui contribue le plus au GAV du secteur agroalimentaire élargi de l’UE-28, avec 11,5%, derrière la France (15,1%), l’Allemagne (14,5%), l’Italie (12, 6%) et au Royaume-Uni (12%); et le quatrième pays si le marketing n’est pas inclus, auquel cas le pourcentage est de 11,6%, derrière la France (15,4%), l’Allemagne (14,2%) et l’Italie (12,2%) .

Concernant le secteur primaire, l’Espagne est le troisième pays qui contribue le plus avec 14,4%, derrière la France (16,3%) et l’Italie (14,6%); et le cinquième dans l’industrie agroalimentaire, des boissons et du tabac, avec 9,4%, derrière l’Allemagne (16,8%), la France (14,6%), le Royaume-Uni (12,1%) et l’Italie ( 10,1%), position identique dans le classement de la commercialisation des produits agroalimentaires, avec 11,3%, derrière le Royaume-Uni (15,5%), l’Allemagne (15%), la France (14,6%) et l’Italie (13,3%).

Par sous-secteur, en ce qui concerne la contribution à la valeur de la production totale de l’UE-28, l’Espagne se démarque dans la production d’agrumes, occupant la première place avec 60,4% (Italie 23,7% et Grèce 8, 9%), ainsi que dans l’huile d’olive, avec 52,1% (Italie 31,2% et Grèce 12,6%). C’est le deuxième producteur de porcs, avec 19,9% (Allemagne 20% et France 8,6%); et les légumes frais, avec 17,5% (Italie 18,9% et Allemagne 10%). Et, dans une moindre mesure, l’Espagne occupe une position importante dans la production de vin, avec 6,3% de la production totale de l’UE-28 (la France est en tête avec 45,5% suivie de l’Italie avec 31,9 %); dans les plantes et les fleurs, où il contribue à 12,3% (Pays-Bas 30,4%, France 12,8%, Italie 12,6% et Allemagne 10,5%); volaille, avec 11,4% (Pologne 14,8%, France 14,5%, Royaume-Uni 13,1% et Italie 11,2%); bovins, dont l’Espagne fournit 9,7% (France 22,7%, Royaume-Uni 12,6%, Allemagne 11% et Italie 9,1%); et les œufs, avec 10% (Pologne 13,9%, Italie 13,6%, France 11,3%, Allemagne 11,1% et Roumanie 7,6%).

Emploi

Le nombre d’emplois générés par le secteur agroalimentaire espagnol a été de 1 201 350 en 2019, 5,9% du total national.

Le secteur primaire a perdu de l’importance vis-à-vis de l’industrie alimentaire, des boissons et du tabac et également vis-à-vis de la commercialisation. Ainsi, la moitié de l’emploi en Espagne est concentrée dans la distribution (49,9%), tandis que dans l’UE-28, le pourcentage est de 39,5%.

En ce qui concerne la contribution de l’Espagne au secteur agroalimentaire de l’UE-28, l’Espagne se classe au sixième rang, avec 7,9%

Par sous-secteur, l’Espagne est le quatrième pays qui contribue le plus d’emplois à l’agriculture et à la pêche dans l’UE-28, avec 7,9%; le sixième dans l’industrie des produits alimentaires, des boissons et du tabac, avec 8,1%; et le troisième en marketing avec 11,7%.

Productivité et compétitivité

Le secteur agroalimentaire espagnol est 64% plus productif et 50% plus compétitif que celui de l’UE-28 dans son ensemble.

Le coût moyen du travail (CLM) du secteur agroalimentaire espagnol est inférieur de 17% à celui de l’UE-28 et inférieur de 6% dans le cas du secteur élargi. Dans le cas du secteur primaire espagnol, le coût salarial unitaire (CLU) est inférieur de 70% à celui de l’UE-28 et le CLM de 35%; l’industrie de la transformation est également plus compétitive en Espagne, avec un CLU inférieur de 16% et un CLM supérieur de 8%. Compte tenu de l’écart important qui sépare la productivité du secteur primaire espagnol de la moyenne européenne, il y a une marge de manœuvre pour améliorer les salaires (ce qui augmenterait les coûts salariaux moyens) sans trop compromettre sa compétitivité en termes de CLU.

Exportations

Quant aux exportations, elles affichent une valeur de 52.530 millions d’euros en 2019, ce qui représente un maximum historique et signifie une croissance de 4,1% par rapport à 2018 (où l’augmentation était de 2,6%). Ces données placent l’Espagne au quatrième rang des exportations agroalimentaires de l’UE-28 en 2019, avec le poids le plus élevé d’Europe dans les ventes de biens à l’étranger, avec 17,6% du total (les Pays-Bas en détiennent 15,2%). % et France 12,8%). L’Espagne représente 9,5% des exportations totales du secteur agroalimentaire de l’UE-28, juste derrière les Pays-Bas (17,3%), l’Allemagne (13,8%) et la France (11,7%).

Les principaux pays de destination des exportations du secteur agroalimentaire espagnol appartiennent à l’UE-28. Parmi les six premiers marchés, ils ajoutent 57,8% de la valeur totale: la France, avec 15,6%; Allemagne, avec 11,4%; Italie, 9,6%; Portugal, 8,9%; Royaume-Uni, 7,8%; et les Pays-Bas, 4,5%. Ensemble, les pays de l’UE-28 représentent 72,5% de ces opérations.

 A souligner la diversification des marchés, avec un accent particulier sur la montée en puissance des pays asiatiques qui représentent déjà 6% du total, deux d’entre eux faisant partie des principaux marchés d’exportation (Chine, avec 4, 1%, et le Japon, avec 1,9%), ainsi que les États-Unis, qui représentent 3,9%. Précisément en 2019, en ce qui concerne le volume des exportations, pour la première fois la Chine a dépassé les États-Unis en tant que destination des produits agroalimentaires espagnols.

Les principaux produits des exportations agroalimentaires espagnoles sont les fruits et noix comestibles, avec 17,5%; viande et abats comestibles, avec 13,9%; légumineuses et légumes, avec 13,1%; boissons de toutes sortes à l’exclusion des jus, avec 8,8%; graisses, huiles animales ou végétales, avec 8,1%; les légumes en conserve ou les fruits et jus, qui représentent 6%; et les poissons, crustacés et mollusques, qui représentent 6%.

Le directeur du rapport a rapporté que le secteur agroalimentaire espagnol accumule deux décennies consécutives d’excédent commercial, qui en 2019 s’élève à 14.477 millions d’euros, contre 12.193 millions en 2018, soit une augmentation historique de 18,7%. Ce chiffre excédentaire est supérieur de 24,6% à celui de l’UE-28 dans son ensemble et place l’Espagne comme la deuxième économie européenne, seulement derrière les Pays-Bas, dont le chiffre est de 31.214 millions d’euros.

En revanche, le nombre d’entreprises exportatrices a augmenté de 1,5% en 2019 et s’établit à 17 715, un chiffre en croissance de 28,8% depuis 2008. Cependant, le poids des entreprises du secteur agroalimentaire espagnol dans l’économie totale  a été réduit au cours de cette période, puisqu’en 2008 il était de 13,6%, alors qu’en 2019 il était de 8,5%.

Investissement en R&D

Le secteur agroalimentaire espagnol a investi 317 millions d’euros en R&D (données de 2017, les dernières disponibles), soit 15,3% de plus que l’année précédente. Ces 317 millions représentent 4,1% de l’investissement total des entreprises en R&D dans l’ensemble de l’Espagne. Cependant, l’effort d’investissement dans le secteur agroalimentaire de notre pays continue d’être plus faible que dans l’UE-28, de 0,54% contre 0,69%, en termes de VAB.

Panier

Le poids des aliments et des boissons dans le panier est plus élevé en Espagne, avec 19,7% du total, par rapport à l’UE-28, qui se situe à 16,8%. L’alimentation représente le pourcentage le plus élevé d’achats des consommateurs, avec 17,5% dans le cas de l’Espagne et 13,5% pour l’UE-28. Cependant, les boissons alcoolisées ont un poids plus important dans le panier de l’UE-28, avec 1,9%, tandis qu’en Espagne, elles absorbent 0,8%. Le poids des aliments et des boissons dans le panier espagnol est supérieur aux grandes économies (Italie, 18,3%; France, 18%; Pays-Bas, 15,8%; Allemagne, 13,3%). %; et Royaume-Uni, 11,8%).

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici