Fitch Ratings a abaissé la notation à long terme du 1er producteur mondial de phosphates, l’OCP. En effet, la note a été révisée à la baisse de «bb» à «bb +» en raison de paramètres de crédit plus faibles que prévu, explique l’agence de notation. Ce passage aux perspectives négatives n’a rien de surprenant au vu du lien stratégique entre l’OCP et l’État marocain, son actionnaire majoritaire (94%), dont la notation souveraine a été réduite également d’un cran (BBB- /Négative). Et pour bien comprendre ce lien, les analystes mettent le doigt sur l’évolution de l’effet de levier net des fonds. Pour dire simple, de nouvelles sorties de fonds importantes (dividendes annuels entre 3 milliards et 4,5 milliards de dirhams entre 2020 et 2023) de la part du groupe l’OCP pour soutenir les initiatives de l’État et l’économie dans son ensemble pourraient entraîner une pression significative sur son profil de crédit.

« Nous prévoyons que le flux de trésorerie disponible (FCF) restera négatif sur l’horizon de notation, en raison de la baisse des prix du phosphate, de l’intensité du capital soutenue dans la fourchette de 15% à 20% et du ratio de distribution des dividendes supérieur ou égal à 50%. En outre, la contribution d’OCP de 3 milliards de dirhams au fonds spécial marocain COVID-19 et l’investissement dans une alliance nouvellement créée dans le secteur de l’hôtellerie ainsi qu’une augmentation attendue du dividende ont accentué la pression sur le profil financier de l’entreprise en 2020 », note-t-on.

Bien que le profil financier du groupe soit jugé faible, son profil commercial est, cependant, solide et proportionné à celui de ses pairs dans la catégorie de notation «BBB», compte tenu de son autosuffisance, de sa position concurrentielle en matière de coûts, de ses réserves de minerai exceptionnellement importantes et de ses positions dominantes sur le marché, détaillent les analystes. Ajouter à cela le fait que le coronavirus n’a jusqu’à présent eu aucun impact sur les opérations de l’OCP.

Le chargement et le déchargement dans les ports du Maroc n’ont pas été affectés, tandis que les expéditions vers le Brésil et l’Europe, y compris l’Italie et l’Espagne, n’ont subi aucune interruption ; à moins quelques perturbations au niveau de l’Inde en lien avec les mesures de confinement du pays.

A noter enfin que la notation négative n’est que de court terme et les analystes n’écartent pas, en cas de relance de l’économie, une réévaluation à la hausse, et partant une notation positive de l’OCP.