Le gouvernement égyptien a accepté d’acheter un demi-million de tonnes de blé à l’Inde, a déclaré dimanche à Reuters le ministre égyptien de l’approvisionnement, Aly Moselhy.

L’Égypte, l’un des plus grands importateurs de blé au monde, cherche des alternatives aux exportations de céréales de la mer Noire qui subissent des perturbations causées par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, deux grands exportateurs de blé vers l’Égypte.

« Nous avons accepté d’acheter un demi-million de tonnes à l’Inde », a déclaré M. Moselhy, en marge d’une conférence de presse.

New Delhi a annoncé samedi une interdiction des exportations de blé dans un contexte de canicule qui a réduit la production nationale et fait grimper les prix intérieurs.

Toutefois, Moselhy a déclaré lors de la conférence de presse que l’interdiction indienne ne s’appliquerait pas à l’accord avec l’Égypte.

Il a également déclaré que le cabinet égyptien avait donné son accord pour que l’acheteur du gouvernement, l’Autorité générale des produits d’approvisionnement, puisse contourner son processus d’appel d’offres et acheter du blé directement auprès de pays ou d’entreprises.

L’Égypte est également en pourparlers avec le Kazakhstan, la France et l’Argentine, a-t-il ajouté.

L’Égypte dispose de quatre mois de réserves stratégiques d’at et de six mois d’huiles végétales, a déclaré le premier ministre du pays plus tôt dans la journée.

Les responsables affirment qu’après l’approvisionnement de la récolte locale en cours, les réserves de blé égyptiennes seraient suffisantes jusqu’à la fin de l’année. (Zonebourse-Reuters)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici