La Russie dont l’industrie représente 30% du PIB est un marché de 150 millions de consommateurs, avec un  PIB  par  habitant  de  plus  de  10.000 dollars.  Le  volume  des  importations  russes s’est élevé à 162 milliards de dollars sur la période de janvier à septembre 2020 en baisse de 8% par rapport à la même période de l’année précédente.

Le pays est un partenaire commercial stratégique pour le Maroc. Le volume des importations depuis le royaume s’est élevé à 261 millions de dollars sur la période de janvier à septembre 2020 en baisse de 33% sur la même période de 2019. Une baisse due essentiellement à l’impact de la crise sanitaire de la  COVID-19. 

Les  importations  russes  de  fruits  marocains  ont  subi  une  baisse  de  48%  entre  2019  et 2020, passant de 162 millions de dollars à 84 millions de dollars, toutefois les importations de tomates marocaines  ont  enregistré une hausse de 12% pour s’établir à 44 millions de dollars en 2020. Les myrtilles, autre fruit marocain plébiscité par le marché russe, a enregistré une hausse de ses importations de 32% en 2020 pour s’établir à 13,7 millions de dollars.

Les importations de légumes en provenance du Maroc ont subi une baisse de 8% entre 2019 et2020 passant de 58 millions de dollars à 54 millions de dollars tandis que les importations russes de chaussures et de prêt-à-porter on subit une baisse de 20%. Les importations de poissons et de crustacés se sont maintenues à leur niveau de 2019 en 2020 avec 10 millions de dollars d’importations russes depuis le Maroc. Les sardines congelées représentent 7,5 millions de  dollars des importations, en hausse de  27% par rapport à la même période de l’année dernière.

Les régions russes qui importent le plus du Maroc sont Moscou et Saint Pétersbourg avec respectivement 145  millions de  dollars et 77 millions de  dollars en 2020, en baisse de  26% et 46% par rapport à 2019.

Toutefois, la législation de la Fédération de Russie exige des fabricants et des vendeurs étrangers de certifier leurs produits. Des certificats requis partout, lors de l’enregistrement douanier et de la vente.

«Il existe de nombreux systèmes de certification, qui créent des complexités techniques importantes lors du lancement de nouveaux produits et services sur le marché russe. Certificats GOST(système de certification de  conformité  des  marchandises,  produits  ou  services  aux  exigences de  sécurité  et  de  qualité  propres  à la Fédération  de  Russie),  certificats  de  conformité  aux  règlements  techniques,  certificats  d’enregistrement d’État  (pour  les  produits  chimiques,  cosmétiques), tout  cela  peut  être  déroutant  pour  les  exportateurs  qui souhaitent pénétrer le marché russe», explique Natalia Isachenko, DG de Megacert, lors du Webinaire «Doing Business With Russia», qui s’est tenu le 23 novembre 2020 à l’initiative de l’ASMEX.  

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici