64 % des Marocains estiment qu’il est nécessaire de verser un pot-de-vin pour obtenir de meilleurs services de santé au Maroc. C’est du moins ce qui ressort des résultats des sondages d’opinion du réseau Arab Barometer sur la perception de la corruption dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA). S’agissant du système éducatif, une minorité de citoyens (29%) se disent satisfaits contre 46% qui pensent qu’il est nécessaire de verser un pot-de-vin pour bénéficier de meilleurs services éducatifs. Quant à l’accès à l’emploi jugé inégalitaire, 80% des personnes sondées  estiment que le recours à la wasta (les connaissances ou les relations) est souvent ou parfois employé pour trouver un emploi.

Par ailleurs, les résultats du réseau Arab Barometer révèlent une hausse générale des soupçons de corruption au cours de la dernière décennie. Dans l’ensemble de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), la part de ceux qui affirment que l’ampleur de la corruption dans les institutions publiques est importante ou moyenne est passée de 78 % en 2010 à 84 % en 2019.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici