L’idée de mener une enquête sur le sujet «Business et mauvais œil » est apparue pour certains des sondés comme « curieuse ». Cette enquête-sondage nous a conduits à un constat sans appel : « Certes, le mauvais œil est une vérité. » La question qui se pose donc : Faut-il craindre du mauvais œil dans le monde du business? Répondre à cette question revient au préalable à délimiter les frontières du  pouvoir supposé du mauvais œil, lequel traduit ce regard envieux ou jaloux qui ne laisse personne indifférent. Tour d’horizon.

Qu’on le veuille ou non, le monde des affaires et le succès matériel font des jaloux. Sans jamais la remettre en question, la crainte du mauvais œil est enracinée culturellement dans la société marocaine pour ne pas dire génétique. Elle est même valorisée socialement : « Pour vivre heureux, vivons cachés ». Mieux encore : « Pour réussir, travaillons cachés ». Cette expression typiquement marocaine recouvre une ambiguïté et une mécompréhension du texte voire de l’esprit du Saint Coran. Le choix même du sujet émane du fait que bon nombre de patrons marocains ne communiquent pas ou refusent carrément de le faire au risque d’être touchés par le mauvais œil.

Au demeurant, l’objet de cet article n’est pas de promouvoir la culture de la communication. Loin s’en faut ! Allah dit dans la Sourate 93 Ad-Dohâ (Le Jour Montant) : « Et quant au bienfait de ton Seigneur, proclame-le ». (وَأَمَّا بِنِعْمَةِ رَبِّكَ فَحَدِّث) Les oulémas expliquent que le coran ne prône jamais de suivre un mode de vie discret où proclamer les grâces et les faveurs de Dieu, se sentir fier de ses réussites financières ou se targuer de ses compétences managerielles est prohibé.  Au contraire, l’estime de soi, la réalisation de soi et l’amour propre sont même prescrits. Ce que l’islam interdit ce sont ces défauts devenus prescriptions sociales aujourd’hui au sein de notre société, que sont l’égo, la sur estime de soi et l’excès de confiance en soi. C’est ce qui explique en partie cette complexité dans les perceptions et les comportements qui caractérisent la société marocaine. D’ailleurs, les réponses recueillies au titre de cette enquête-sondage, tant soi peu,  font l’unanimité sur le fait qu’il n’y a aucune raison pour qu’un businessman soit exposé au mauvais œil. Un changement de perception du monde et de soi-même observé cette dernière décennie en ligne avec la promotion d’une « société ouverte » pour reprendre le terme de la Banque mondiale. Allant encore plus loin, comment d’un côté, essayer à tout prix d’éviter le mauvais œil, et de l’autre , mettre les photos de soi-même ou en groupe sur les réseaux sociaux ? La cerise sur le gâteau, le selfie qui fait des ravages. Se photographier au bureau, à table dans un restaurant ou café,  devant un site touristique… tellement de situations devenues prétextes à selfies! Alors là, mauvais œil, « connais pas » !

C’est bien la preuve que les complexités humaines et les pressions sociales ont atteint des proportions démesurées. Des études scientifiques ont montré que le selfie, ce phénomène à la mode, est une question d’égo! La preuve aussi que notre société vit une transformation structurelle. Se féliciter de ses performances managerielles ou communiquer sur ses réussites financières ne peut en aucun cas provoquer des malheurs ou jeter dans la misère. Prenant l’exemple de l’homme le plus riche au monde Bill Gates, fort d’une fortune culminant à plus de 70 milliards de dollars.  N’est-il pas l’homme le plus exposé aux regards envieux et jaloux de toute la planète? Toute la question est de savoir gérer ces sentiments. « Plus une personne prête attention au mauvais œil, plus elle est exposée au mauvais œil », nous explique ce docteur en Charia. Pour bien appréhender la relation «Business et mauvais œil », il faudrait considérer le mauvais œil comme étant un risque, et partant source de déconvenue comme bien d’autres. Un entrepreneur qui veut réussir ne doit pas avoir peur de prendre des risques. L’enjeu est de savoir défier les faiblesses de son propre esprit pour éviter qu’elles ne ruinent sa vie. Partant du constat que le risque zéro n’existe pas, il vaut mieux comprendre comment résonnent au plus profond de soi-même ces émotions de jalousie et d’envie que tout le monde ressent. Notre enquête sondage a apporté tout de même une réponse à la question : Pensez-vous que le fait de communiquer pour une entreprise fait éveiller la jalousie sur elle, et partant impacte négativement son business? Les interviewés partagent quasiment la même réponse : Non! Le plus marquant c’est qu’ils ont lié cette réticence et ce refus de communiquer à la crainte du fisc. En d’autres termes, l’inquiétude vis-à-vis du contrôle fiscal. Manque de transparence oblige! Mis à part l’informel et les fraudes fiscales, le manque de transparence touche également aux problèmes d’attribution des marchés publics. Surtout que l’essentiel du tissu entrepreneurial national dépend de la commande publique. Et là, c’est une autre question…

 

Méthodologie

En plus de notre travail de prospection sur terrain, l’enquête a été réalisée par échanges téléphoniques et en ligne par envoi des e-mails. Elle a été effectuée sur la base d’un échantillon de 500 personnes représentatives de la population marocaine âgées de 25 ans et plus. Les catégories socioprofessionnelles : Chefs de TPME, Cadres moyens et supérieurs, Universitaires.

 

AVIS DES EXPERTS

 

Le Psychanalyste et Criminologue, Rachid El Mounacifi

Pensez-vous que le fait de communiquer pour une entreprise fait éveiller la jalousie sur elle, et partant impacte négativement son business ?

On ne peut créer une entreprise sans penser à un budget de communication et de sponsoring. Impossible d’avancer dans nos jours surtout que la communication digitale a pris beaucoup de place dans notre vie quotidienne. Sans une bonne vision, comment peut ont se faire connaitre ou faire connaitre notre marque ? C’est plus le temps de nos ancêtres, c’est un nouveau monde, un nouveau temps où il faudra se battre pour avancer et exister. Personnellement, je crois que malgré nos croyances qui nous bloquent parfois, il est nécessaire de se faire remarquer et de bien communiquer. Si on parle de jalousie, il faudra trouver l’antidote pour la combattre et avancer.

Faut-il avoir peur du mauvais œil dans le monde du business?

Si vous me le permettez, je dirais que nos croyances, culture, entourage et religion bloquent beaucoup de personnes dans nos sociétés, et par conséquent les affaires. Le problème aussi que même dans le système de formation, on apprend les gens à devenir des entrepreneurs, mais on leur jamais apprend comment gérer l’entreprise, non plus leur temps. Depuis le bas-âge, la formation est basée sur la peur, la peur de tout et c’est naturel que les gens ont peur du mauvais œil dans le monde des affaires. Je dirais aussi oui, il faut avoir peur,  mais cette peur il faudra la transformer en force et avancer. Des précautions sont nécessaires et chacun a ces chemins pour se défendre et je ne veux pas rentrer dans le détail. La sorcellerie existe et faites gaffe!

 L’Economiste Hammad Kassal

Pensez-vous que le fait de communiquer pour une entreprise fait éveiller la jalousie sur elle, et partant impacte négativement son business ?

L’entreprise est le fruit de son environnement global, social et économique. Quand l’environnement est régit par la transparence et que les règles de jeux sont bien définies, il n’y a aucun mal à communiquer les informations, surtout que l’entreprise une fois créée elle devient un bien social et  les informations la concernant deviennent d’ordre public. Mais quand l’environnement se caractérise par l’opacité, dominé  par des activités informelles, s’exposer pour une entreprise devient dangereux à cause de la culture de l’imitation très répondue dans notre pays. D’ailleurs, l’un des obstacles qui empêchent les entreprises familiales à ouvrir le capital au marché boursier est la diffusion d’informations aux concurrents, qui eux ne sont pas côtés. Il y a des entreprises qui ont été victimes de leur transparence. Le problème, donc,  n’est pas le « mauvais œil » ou le « bon œil », le problème est l’absence de transparence qui caractérise l’environnement des affaires au Maroc.

Faut-il avoir peur du mauvais œil dans le monde du business?

Le monde des affaires n’est pas homogène, on trouve de tout, le rationnel et l’irrationnel, certains hommes d’affaires (non des entrepreneurs, car il existe une grande différence entre un homme d’affaires opportuniste et un entrepreneur qui prend le risque), principalement les notables, héritiers ou rentiers  qui ne  se séparent jamais de leur FKIH et recourent   à toutes les pratiques  disponibles dans  notre société  pour faire mal aux autres et fortifier leur affaires. Ce sont des pratiques répondues dans les sociétés sous développées culturellement  et socialement dont la nôtre. Ces pratiques sont utilisées par les incompétents et ceux qui sont incapables de suivre  par la modernité l’évolution du monde économique. Heureusement, il y a aujourd’hui une nouvelle race d’entrepreneurs qui ne croient qu’au travail comme moyen de réussir et de s’imposer sur le marché.

 

Le Consultant Mohamed Charkaoui

Pensez-vous que le fait de communiquer pour une entreprise fait éveiller la jalousie sur elle, et partant impacte négativement son business ?

Pour survivre et gagner des parts de marché, l’entreprise doit communiquer, mais pas n’importe comment ! Le dirigeant qui veut mener son entreprise sur la route de la croissance doit communiquer intelligemment sur ses valeurs et son équipe ainsi que sur la politique, la stratégie, la vision, la mission, les objectifs, les références, l’offre et les réalisations de son entreprise. Sans communication l’entreprise ne peut pas attirer de nouveaux clients et ne peut pas fidéliser ses clients actuels, des clients qui pourraient être attirés à n’importe quel moment soit par des concurrents qui adoptent des politiques de communication agressives, qui consistent à déloger leurs concurrents à tout prix, soit par des nouveaux entrants qui cherchent à se positionner sur le marché en développant des axes stratégiques pour leur communication offline et digitale. Ne pas communiquer par peur d’éveiller la jalousie sur son entreprise, c’est comme marcher les yeux fermés sur une route pleine de trous par peur d’éveiller la jalousie sur la beauté de son regard. Les clients d’aujourd’hui sont ciblés par plusieurs entreprises dont les dirigeants sont profondément imprégnés par les différents canaux de communication et par la loi de l’attraction, ces dirigeants travaillent d’arrache-pied pour comprendre le besoin de leurs clients et leurs prospects, et adapter leur processus d’achat à leur processus de vente. Donc, c’est normal qu’ils devanceront largement, à court, moyen et long terme, les entreprises dont les dirigeants pensent encore, dans ce monde qui bouge et évolue rapidement, que le fait de communiquer fait éveiller la jalousie sur elles.

Faut-il avoir peur du mauvais œil dans le monde du business?

Dans le monde du business, le mauvais œil est une vue de l’esprit. Pourquoi ? Parce que les concurrents savent parfaitement que gagner des parts de marché ne vient pas par le fait d’envier les résultats remarquables des autres, mais par la réponse autrement aux attentes des clients et prospects à court, moyen et long terme.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici