Des représentants d’institutions espagnoles, marocaines et hispano-américaines se sont réunit le 10 juillet à l’Institut Cervantes de Rabat pour mettre en place un groupe de travail, en tant qu’Observatoire, sur l’évolution de la langue espagnole au Maroc.

Avec 577 millions de locuteurs natifs, l’espagnol est la deuxième langue la plus parlée de la planète. On estime que six pour cent des Marocains comprennent la langue espagnole et qu’entre trois et quatre pour cent la lisent, la parlent et l’écrivent. L’espagnol est une langue historiquement liée au Maroc, où une grande partie de sa population l’a parlée de manière habituelle et fluide au cours des décennies passées.  C’était également une langue avec une mise en œuvre prioritaire dans le système éducatif marocain. À l’heure actuelle, la langue espagnole fait face à de nouveaux défis, tels que la spécialisation de son enseignement pour le domaine professionnel et servant de lien pour les relations avec l’Amérique latine. L’intérêt de la population marocaine pour la langue espagnole est indéniable et ne cesse de croître, comme en témoigne l’augmentation des heures d’enseignement dans les classes d’espagnol dans les centres de l’Instituto Cervantes au Maroc, qui ont progressé de 11,59% en 2017. Au premier trimestre de 2018, l’augmentation par rapport à la même période de 2017 était de plus de 13%. Le nombre de candidats marocains à l’obtention du DELE (Diplôme d’Espagnol Langue Etrangère) augmente chaque année sans cesse: il a doublé ces quatre dernières années. Les places dans les écoles espagnoles dépendant du ministère espagnol de l’Education – bien qu’étant le plus grand réseau de l’enseignement public d’Espagne dans le monde – ne parviennent pas à satisfaire tous les parents marocains qui veulent que leurs enfants soient formés dans le système éducatif espagnol. L’initiative de l’Institut Cervantes de Rabat, lancée -avec le soutien de toutes les ambassades des pays hispanophones- à l’occasion de la Semaine de la Langue Espagnole au Royaume du Maroc, découle de la nécessité de disposer de données statistiques constamment mises à jour sur la situation de la langue espagnole et de son enseignement au Maroc. L’analyse de ces données ou indicateurs permettra aux autorités espagnoles et marocaines compétentes en la matière d’adopter des mesures pour développer l’apprentissage de l’espagnol et son utilisation au Maroc, et ainsi ajuster leurs actions et programmes à la réalité -continuellement dynamique – de la société marocaine du XXIème siècle.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici