A partir du 15 janvier 2019, de nouvelles exigences en matière de délivrance de licences, de contrôles préventifs, de plan de contrôle préventif et de traçabilité entreront en vigueur. Selon l’agence canadienne d’inspection des aliments(ACIA), certaines exigences devront être satisfaites immédiatement. D’autres seront introduites progressivement sur une période de 12 à 30 mois selon le produit alimentaire, le type d’activité et la taille de l’entreprise. En termes plus simples, pour effecteur leurs opérations import-export, les entreprises alimentaires canadiennes devront  désormais, selon les cas, disposer d’une licence, de plan de contrôle préventif et de preuves de traçabilité. L’objectif  du nouveau cadre réglementaire, en l’occurrence, la loi sur la salubrité des aliments au Canada (LSAC) et le Règlement sur la salubrité des aliments au Canada (RSAC) est de protéger le consommateur canadien en limitant les risques associés aux aliments et animaux pour alimentation humaine. Si le Canada est reconnu comme ayant l’un des meilleurs systèmes d’assurance de la salubrité des aliments au monde. N’empêche  que les tests de l’ACIA ont révélé, à titre d’exemple, que 35 % des huiles d’olive n’étaient pas conformes pour les années 2015-2016 et plus de 40 % pour les années 2016-2017, rapporte la presse canadienne.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici